mercredi 29 juin 2016

Le garçon au sommet de la montagne - John Boyne


A l'aube de la Seconde Guerre mondiale, Pierrot vit à Paris avec ses parents, ignorant tout des nazis. Devenu orphelin, il est envoyé chez sa tante, en Allemagne, dans une maison au sommet d'une montagne.
Ce n'est pas une maison ordinaire. Le Berghof est la résidence d'Adolf Hitler. Pierrot va découvrir là un autre monde, fascinant et monstrueux.


Edition : Gallimard Jeunesse
Date de publication : 9 juin 2016
Nombre de pages : 272

« Il est l'obscurité au centre du monde. »

En tant que grande fan de John Boyne, je ne pouvais pas passer à côté de son nouveau roman. Je me suis donc jetée dessus quand il est sorti, très nostalgique de Le garçon en pyjama rayé et même s'il ne dépasse pas ce dernier selon moi, c'était une excellente lecture.

Pierrot est un petit garçon de sept ans, habitué à vivre à Paris avec sa mère, son chien, et son meilleur ami et voisin Anshel. Malheureusement, sa petite vie ne va pas continuer comme prévu : sa mère meurt, et il est envoyé chez une tante inconnue en Allemagne, loin de tout ce qu'il connait. L'ambiance est très différente là-bas, surtout quand Monsieur vient : tout doit être prêt, il faut être sage, et parler allemand.

J'entends souvent les gens dire, à propos des nazis : "Moi, je n'aurais jamais fait ça !". Je crois que Le garçon au sommet de la montagne est un livre pour ces gens-là, pour leur dire "Ah oui ? Qu'est-ce que tu en sais ?". C'est un livre sur l'endoctrinement, sur les choses horribles que les hommes peuvent faire et celles auxquelles ils peuvent croire. C'est un livre qui montre que personne n'est à l'abri de devenir coupable. Que même les plus gentils, les plus innocents, les plus tournés vers les autres peuvent se faire entrer les mauvaises idées dans la tête. Et je trouve que ça rend les choses encore plus horribles.

Ce livre est un chef-d'oeuvre. Il m'a mise mal à l'aise au bout d'un moment, et je pense que ça demande un grand talent de la part de l'auteur. A mon avis, c'est ce qu'il recherchait en écrivant ce livre, afin que son message passe de la meilleure façon possible. Malgré ce qu'il faisait et ce qu'il devenait, j'éprouvais toujours quelque chose pour Pierrot, un certain attachement. John Boyne m'a une fois de plus malmenée, mais comme d'habitude j'en redemande (c'est l'effet John Boyne, que voulez-vous ?).

Les personnages sont très intéressants, ils ont tous leur raison d'exister et surtout leur humanité, dans sa splendeur et sa laideur. Ils m'ont beaucoup émue, beaucoup touchée, tandis que d'autres m'ont tout simplement horrifiée. Le plus perturbant reste les personnages qui me touchent et m'horrifie, mais c'est très intéressant de voir un tel paradoxe.

Les fins de l'auteur sont toujours très surprenantes voire choquantes, mais celle-ci entre plutôt dans la première catégorie. J'ai aimé retrouver son style simple mais percutant, et les différents clins d’œil à ses autres livres font très plaisir. C'est comme un petit plus pour les lecteurs fidèles, disons.

Le garçon au sommet de la montagne est une lecture que je conseille à tous, petits ou grands, c'est un livre qui fait réfléchir quelque que soit l'âge du lecteur et qui devrait être imposé à tous, si cela ne tenait qu'à moi.

Ma note : ★★★★★

2 commentaires:

  1. Je n'ai pas encore lu Le garçon en pyjama rayé mais il me tente depuis un bout de temps ! Ce nouveau roman de l'auteur me tente également beaucoup, grâce à ta chronique :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis ravie de te donner envie de le lire c: N'hésite pas à lire l'un des deux (voire les deux), ils valent le coup !

      Supprimer